Reprise d’entreprise : Comment financer votre projet ?

Reprise d’entreprise : Comment financer votre projet ?

Vous avez trouvé l’entreprise de vos rêves et comptez faire une offre au cédant ? Après avoir évalué le montant que vous souhaitez proposer, il est temps de s’informer sur les moyens de financer cette reprise. Ne nombreuses possibilités s’offrent à vous pour réunir la somme nécessaire et ainsi acquérir votre nouvelle entreprise.

Consolider votre apport personnel

Il est très rare pour les repreneurs de pouvoir financer leur projet sans emprunt financier. De manière générale, il vous sera demandé de participer au financement avec un apport personnel de 30% du prix de vente. Afin d’augmenter votre apport personnel, il existe plusieurs solutions.

Demander de l’aide à vos proches

Donations, prise de participation au capital : de nombreuses solutions sont possibles pour faire participer vos proches à votre projet. Sachez notamment que les dons de la part d’un parent à son enfant ou petit-enfant sont dispensés des droits de mutation jusqu’à 31 865€ tous les 15 ans. Vos donneurs bénéficient de leur côté d’avantages fiscaux sous forme de réduction d’impôt sur le revenu. Ils n’ont pas d’excuse pour ne pas vous aider !

Le prêt bancaire personnel

Demandez à votre banquier l’obtention d’un prêt bancaire personnel, souvent plus avantageux que les autres solutions d’emprunt.

Récupérer votre épargne salariale

Il est possible de débloquer de manière anticipée votre épargne provenant d’un Plan d’Epargne Entreprise (PEE), d’un Plan d’Epargne Interentreprises ou de la participation aux bénéfices de votre employeur, pour vous ou votre conjoint dans le cadre de la création ou reprise d’entreprise.

L’ARCE (aide à la reprise et à la création d’entreprise)

Si vous êtes demandeur d’emploi avec indemnités, Pôle Emploi peut vous aider en versant un capital correspondant à 45% du solde de vos droits à l’assurance chômage. Cependant, durant la phase de démarrage de votre activité, il vous faudra choisir entre l’ARCE ou le maintien de vos droits de chômage.

  • Demander un prêt d’honneur

Initiative France et Réseau Entreprendre proposent sous certaines conditions des prêts d’honneur : des prêt à taux zéro et sans intérêt pour renforcer votre apport. Pour cela, il faudra présenter de manière détaillée et argumentée votre projet devant un comité d’agrément composés de chefs d’entreprises et d’experts locaux. Vous bénéficierez en parallèle d’un accompagnement et d’un parrainage par un entrepreneur. Ce type de prêt est un très bon moyen de rassurer vos partenaires financiers et vos banquiers. N’hésitez pas à le solliciter!

Le crowdfunding

Cette méthode est un bon moyen d’avoir un premier avis du public sur votre projet. Plusieurs possibilités : des dons sans contrepartie, des dons avec contrepartie symbolique ou de précommandes… Soyez créatif pour attirer de nouveaux contribuables !

Les concours d’entrepreneurs

Recherchez les différents concours régionaux et nationaux afin de vous entraîner à pitcher, rencontrer d’autres repreneurs, recevoir des prix… Ces concours n’ont que des avantages pour vous.

Solliciter les comptes-courants d’associés

Vos associés et investisseurs peuvent vous obtenir un apport en compte-courant sous forme d’une créance remboursable et rémunérée sur la société. Il vient s’inscrire au passif du bilan d’entreprise dans les livres comptables.

Faire appel à des investisseurs pour le capital de votre entreprise

Autre solution : fonder une holding de reprise et ouvrir le capital à des investisseurs grâce au financement participatif par exemple, en trouvant des business angels, des fonds de capital-investissement. Votre holding s’endettera pour acheter l’entreprise que vous souhaitez reprendre grâce à la méthode de capital transmission LBO, suivant l’effet de levier. Renseignez-vous auprès de l’association des investisseurs pour la croissance.

Emprunter à des tiers

L’emprunt bancaire

La solution la plus courante est d’obtenir un emprunt bancaire, généralement sur 7 ans et représentant 70% du prix de vente. Cependant, vous devrez répondre à leurs exigences de garanties : hypothèque, nantissement du fonds de commerce, des parts sociales ou actions, cautions personnelles. 

Pour vous aider, les fonds de garantie et société de caution mutuelle prennent en charge le risque d’emprunt : La garantie Egalité femmes pour les repreneuses, les sociétés de caution mutuelle comme la Siagi, la Socama, Bpifrance avec sa Garantie pour le financement et la transmission…

Le prêt de la part d’associés

Vous pouvez tout à fait emprunter à vos associés en inscrivant leurs apports au passif des comptes-courants. Cette créance peut être remboursable ou rémunérée par des intérêts. 

Le crédit-bail

Aussi appelée leasing, cette solution vous permet de louer votre matériel ou véhicule en versant des sommes mensuelles au bailleur et d’ainsi choisir à la fin du bail si vous souhaitez acquérir ou non les objets du contrat. Cela permet ainsi d’étaler les paiements tout en minimisant les risques de mauvais choix d’acquisition.

Le crédit vendeur

Vous pouvez également demander au cédant un paiement échelonné pour 50% du prix de vente, à rembourser entre 1 et 3 ans. De cette façon, le cédant obtient souvent un meilleur prix de vente. Depuis le 1er janvier 2016, le cédant d’une entreprise individuelle de moins de 10 salariés et dont le total de bilan ou chiffre d’affaires n’excède pas 2 M€ a la possibilité de demander un étalement du paiement de l’impôt sur le revenu relatif à la plus-value réalisée lors de la cession.

Le crowdlending

Cette forme de financement participatif permet aux repreneur d’emprunter auprès de particulier avec ou sans intérêt sur une plateforme dédiée. Cela peut également prendre la forme de minibons, titres anonymes émis par la SA ou la SAS créée en échange de crédit. C’est le moyen idéal d’obtenir des liquidités ou de financer des projets d’investissements immatériels.

Solliciter des financements solidaires

Dans le cas où vous n’auriez pas obtenu tout votre financement avec un système bancaire ou si votre reprise concerne le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) vous pouvez vous tourner vers le financement solidaire comme la Caisse Solidaire ou La Nef, spécialisée dans les activités écologiques, sociales et culturelle.

Bpifrance

Bpifrance propose des contrats de développement transmission afin de financer l’achat de parts, d’actions, de fonds de commerce, de frais d’acquisition, des remboursement des comptes courant ou le renforcement du fonds de roulement. Vous pouvez les obtenir en participants au concours en garantie des régions. Sans garantie ni caution personnelle, il vous permet d’emprunter 40 000 à 650 000€ sur 7 ans maximum, avec allégement des remboursements les 2 premières années. Il est couplé à un prêt bancaire de 5 ans minimum, pouvant bénéficier d’une garantie Bpifrance.

Le financement de sa reprise est une des étapes clés pour assurer la prospérité de votre entreprise. Depuis 35 ans, Audit Expert accompagne les repreneurs dans leur projet de reprise. Nous vous aidons dans toutes les étapes de votre projet : présentation de Cédants, audits et Due Diligences, optimisations Juridiques et Fiscales liées aux opérations de reprise. Besoin de conseils dans votre projet ? Contactez-nous à l’adresse : contact@audit-experts.fr ou par téléphone au 01.58.22.20.20