Reprise d’entreprise : Tout ce qu’il faut savoir pour bien mener votre projet

Reprise d’entreprise : Tout ce qu’il faut savoir pour bien mener votre projet

En tant qu’entrepreneur, vous souhaitez vous challenger avec de nouveaux projets et vous envisagez peut être de reprendre une entreprise. Avant de vous lancer, il est important de bien s’informer des enjeux, contraintes et surtout d’être bien accompagné tout au long du processus.  La clé d’un projet réussi ? Une bonne préparation. Découvrez ici comment bien élaborer votre projet de reprise pour qu’il se déroule de la meilleure façon qu’il soit.

Concevoir votre projet de reprise

La préparation personnelle

Avec une durée comprise entre 6 et 12 mois, il est primordial de clarifier en amont votre projet de reprise d’entreprise. La première phase consiste à vous préparer personnellement. Il convient de vous poser un maximum de questions afin de bien vous lancer dans le projet : quelles sont vos motivations ? Vos objectifs ? Quels sont vos atouts et contraintes ? Avez-vous toutes les compétences nécessaires ? Avez-vous les moyens financiers suffisants ? Êtes-vous bien soutenu par vos proches ? Les réponses à ces questions vous aideront à identifier les actions à mener pour votre projet : formations, recherche d’investisseurs pour un éventuel projet collectif…

Définir le type d’entreprise à reprendre

Afin de maximiser votre temps de recherche, il est indispensable de cibler au maximum les critères de votre recherche d’entreprise : quelle activité souhaitez vous reprendre ? Dans quelle localité ? Quel potentiel d’expansion ? Quelle taille (chiffre d’affaires et effectif) ? Quel prix pouvez-vous supporter ? Quelles sont les modalités de transmission recherchées ? Gardez bien en tête que tous ces critères sont là pour vous guider dans votre recherche mais qu’il sera difficile de trouver une entreprise réunissant tout ce que vous souhaitez.

Rechercher une entreprise à reprendre

Les pré-requis

Trouver l’entreprise idéale est une activité chronophage : entre la prospection, la négociation et le closing, il peut s’écouler jusqu’à 18 mois ! Vous devrez être capable d’étudier plusieurs affaires à la fois pour être sûr de ne pas manquer des opportunités qui vous conviendrez mieux. En moyenne, vous effectuerez entre 10 et 30 pré-diagnostics avant d’arrêter votre choix.

Une composante de la recherche que l’on a tendance à négliger est la dimension financière. Chercher une entreprise peut s’avérer également coûteux : entre les frais d’études, mandat d’acquéreur, les conseils, les voyages, invitations, les frais d’équipement (ordinateurs, carte de visites),… De nombreux frais non négligeables sont à anticiper le plus tôt possible.

À prendre en compte également : le soutien de votre famille. Reprendre une entreprise implique de grands changements dans votre vie, de la recherche à l’aboutissement : incertitudes, haut et bas du moral, recherche qui s’éternise, déplacements, démission, déménagement, prise de responsabilité… Vous devez vous assurer que vos proches seront d’accord avec vos choix et qu’ils vous soutiendront.

Les bourses d’opportunité et les sites spécialisés

Accessibles en grande majorité sur Internet, les bourses d’opportunités sont une bonne source pour trouver des entreprises potentielles. Elles concernent principalement les cessions de TPE pour les fonds de commerces, les entreprises artisanales… Sur ces sites, vous pouvez affiner votre recherche selon votre zone géographique, le secteur d’activité, l’effectif salarié, le chiffre d’affaires, le prix de cession et la date de publication.

Les intermédiaires

Il existe divers intermédiaires selon la taille d’entreprise que vous souhaitez reprendre.

Pour les petites entreprises : les chambres de commerce et d’industrie, les chambres de métiers et de l’artisanat, les chambres d’agricultures, les fédérations professionnelles, les conseillers habituels de l’entreprise : experts-comptables, avocats, notaires, assureurs, etc. Mais aussi les réseaux de la création et de la reprise d’entreprise : boutiques de gestion, plates-formes d’initiatives locales, l’association Cédant et Repreneur d’Affaires etc. Également les intermédiaires pour la vente de fonds de commerce.

Pour une entreprise de taille moyenne : vous trouverez de l’aide auprès des clubs de repreneurs, dans les cabinets de Conseil indépendants en fusion/acquisition nationaux, régionaux ou sectoriels, auprès des banques d’affaires, structures spécialisées des banques commerciales ou d’investissement et des conseillers habituels des PME : experts-comptables, commissaires aux comptes, avocats d’affaires, cabinets d’audit, etc.

Votre réseau

Parlez autour de vous de votre projet : amis, famille, école, profession, club, banque… Rendez-vous aux événements liés à la reprise d’entreprise, vous y rencontrerez de nouvelles personnes qui vous donneront des pistes.

L’approche directe

Une entreprise vous intéresse particulièrement ? Il est tout à fait possible de tenter une approche directe en agissant seul ou en mandatant un intermédiaire spécialisé.

Bien choisir l’entreprise à reprendre

Sélectionner l’entreprise idéale

Lorsque vous aurez choisi les entreprises correspondants à votre projet, nous vous conseillons de vous faire accompagner par des professionnels pour évaluer la faisabilité de votre projet grâce à un pré-diagnostic.

Il est une fois de plus important de vous poser les bonnes questions : les entreprises candidates répondent-elles à vos objectifs ? Vous voyez-vous à la tête de ces entreprises ? La taille de l’entreprise, sa localisation, son secteur d’activité, sa clientèle, ses savoir-faire, ses méthodes vous conviennent-ils ? Autres critères à prendre en compte : l’entreprise opère-t-elle dans un marché en perte de vitesse ? A-t-elle un chiffre d’affaires en baisse ou a-t-elle des pertes récurrentes ? La répartition de sa clientèle est-elle bien équilibrée ?

Les réponses à ces questions devraient vous aider à trancher entre plusieurs dossiers.

Rencontrer le cédant

La meilleure façon de progresser dans la sélection est de rencontrer le cédant, de préférence lors d’un jour de forte activité. De cette façon, vous pourrez évaluer le climat interne, obtenir de nouvelles informations, mieux cerner le coeur du métier, les personnes clés, mesurer le degré d’urgence de la cession, les motivations du cédant et identifier les personnes susceptibles d’influencer sa décision.

Diagnostiquer les entreprises cibles

Cette étape a pour but de vous aider à prendre la décision de poursuivre ou non votre projet de reprise avec les entreprises sélectionnées. Pour la mettre en place, il est nécessaire d’obtenir un maximum d’informations sur l’entreprise afin de l’évaluer. Faites-vous accompagner par des professionnels pour réaliser les diagnostics les plus précis possibles. 

Ce dernier doit prendre en compte les critères financiers mais pas seulement : le potentiel, le capital immatériel et humain sont aussi très importants. Le diagnostic se déroule en 4 étapes : collecte des informations, diagnostic, retraitements économiques et sélection et application des méthodes d’évaluation. 

Plusieurs diagnostics sont à effectuer : diagnostic des moyens de l’entreprise, de son activité, diagnostic financier, humain, juridique et qualité-sécurité-environnement (QSE). 

Ces évaluations vous permettront de déterminer les points forts, faibles, et rédhibitoires de l’entreprise, ses potentiels, ses nouveaux marchés et ses perspectives d’amélioration.

Ensuite, il ne vous reste plus qu’à choisir si le projet du cédant mérite d’être poursuivi ou abandonné.

L’audit et la lettre d’intention

Après avoir évalué l’entreprise et validé un business plan primaire, vous pouvez faire savoir au cédant que vous souhaitez formaliser votre demande de reprise. Faites part de votre intention au cédant et démarrez un audit d’acquisition de l’entreprise, aussi appelé Due Diligence. Il a pour but de vérifier les informations du cédant et de s’assurer que le prix de cession est juste. Pour un rachat de fonds de commerce, un audit n’est pas nécessaire, une simple analyse approfondie du chiffre d’affaires et des contrats suffira. 

Lorsque tout est bon pour vous, rédigez la lettre d’intention définissant le cadre et les limites de la négociation de chaque partie afin de parvenir à la conclusion du contrat.

Le processus de reprise

Bien choisir son montage juridique

Suivant votre projet, plusieurs options s’offrent à vous : 

  • Vous reprenez une entreprise individuelle ? Vous ne pourrez reprendre uniquement son principal actif (fonds de commerce ou artisanal).
  • Vous reprenez une société ? Vous devez alors choisir entre reprendre ses fonds actifs, ses titres actif et passif, ou acheter son fonds de commerce.

Racheter un fonds de commerce peut avoir bien des avantages : vous n’êtes pas responsable des dettes de votre prédécesseur, vous achetez uniquement la clientèle, le nom commercial, le droit au bail, le matériel et les marchandises. Cependant, vous vous engagez à reprendre le personnel avec son ancienneté et avantages acquis.

Acheter des titres de sociétés signifie que vous achetez l’ensemble d’un patrimoine. Vous êtes donc tenu par les engagements de votre prédécesseur : dettes, redressement fiscal, contentieux avec un salarié… Pour vous protéger contre des dettes inconnues, faites inclure une clause de « garantie d’actif et de passif », engageant le vendeur à indemniser l’acheteur en cas de charge survenant après la vente mais dont la cause était antérieure.

Ces différentes options auront différentes conséquences juridiques, fiscales et financières pour le cédant comme le reprenant. 

Ce choix est à effectuer en amont du projet pour éviter toute tension lors des négociations.

Rédiger son business plan

Ce document est indispensable pour poser votre stratégie, objectifs et ainsi vérifier que votre projet est réaliste. C’est grâce à lui que vous présenterez votre projet lors de votre phase de financement.

Trouver des financements

Selon votre projet, vos objectifs et votre situation personnelle, le financement de votre projet pourra résulter de plusieurs sources de financement. Voici les questions à vous poser pour déterminer votre stratégie de financement :

  • Puis-je renforcer mon apport personnel ? Comment ?

Vous pouvez pour cela demander le déblocage de votre épargne salariale, bénéficier de l’ACRE (aide à la reprise et création d’entreprise), demander à vos proches de vous aider, solliciter un prêt d’honneur, un prêt bancaire personnel, faire appel au crowdfunding, participer à un concours, faire appel à des investisseurs ou utiliser les comptes courants d’associés.

  • À qui puis-je emprunter de l’argent ?

Plusieurs acteurs peuvent vous aider : les banques, le crédit vendeur, Bpifrance, une créance de vos associés, le crowdlending, le crédit bail, les financements solidaires.

  • Quelles solutions pour garantir mon emprunt bancaire ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous : les fonds de garantie régionaux ou départementaux, les solutions de caution mutuelle (SCM) ou la garantie transmission de Bpifrance.

Le protocole d’accord

Le protocole d’accord est l’acte juridique le plus important de la reprise. Il a pour but de formaliser l’accord avec le cédant en traitant chaque point de la négociation : droits et obligations, conditions et modalités de la reprise, calendrier des opérations et actes pour la réalisation de la reprise. Cet acte engage les deux parties à aller au terme du processus de reprise.

Dans le cas d’une cession d’un fonds de commerce, l’acte peut prendre le nom de « compromis » ou de « promesse de vente de fonds de commerce ».

Une fois de plus, pour mener à bien cette opération, nous vous conseillons de vous faire accompagner par des conseillers. 

Le closing

Suite au protocole d’accord et après avoir obtenu une notification écrite de vos financiers, viennent alors les dernières phases de la reprise : le déblocage des fonds, la signature de l’acte de cession définitive et les formalités administratives de titres de société ou de fonds de commerce. Cette phase constitue le closing et laisse place à la phase de transmission de l’entreprise du cédant au repreneur. 

La transmission

Ça y est : l’entreprise est désormais à vous ! Les premiers mois suite à la reprise officielle consiste en la passation de pouvoir et de responsabilités du cédant au repreneur. Il n’est pas rare qu’une période de cohabitation ait lieu avec l’ancien dirigeant. Il est important dans cette phase d’affirmer votre leadership envers les salariés ainsi qu’envers l’extérieur. 

La reprise d’une entreprise est un long processus qui peut s’avérer compliqué à mettre en oeuvre et difficile psychologiquement. Depuis 35 ans, Audit Expert accompagne les repreneurs dans leur projet de reprise. Nous vous aidons dans toutes les étapes de votre projet : présentation de Cédants, audits et Due Diligences, optimisations Juridiques et Fiscales liées aux opérations de reprise. Besoin de conseils dans votre projet ? Contactez-nous à l’adresse : contact@audit-experts.fr ou par téléphone au 01.58.22.20.20